19/03/2014

Ecotrail... les conseils de Thierry Breuil !

posté à 17h24 dans "Saison 2014"

Hello,
en surfant (je sais, j'y passe du temps...) un peu sur la toile, j'ai pu lire cet interview de Thierry Breuil concernant l'Ecotrail de Paris... Ecotrail qu'il a "forcément" gagné, en qualité de l'un des meilleurs ultra-trailer français.

Je le rejoins sur plusieurs points, ce qui m'a, malgré mon expérience en iltra, fait faire des "bêtises" l'an dernier...

La course est relativement facile jusqu'à 30/35 kms. Le dénivelé n'est pas trop élevé, on a la forme et la fatigue ne s'est pas encore installée... du coup on a tendance à partir vite et on court au-dessus de la "logique", donc en sur-régime.
C'est pourquoi je le rejoins sur le fait qu'il faut "calmer ses ardeurs" au départ, voir jusqu'au 45/50ème. L'accumulation de changements de rythmes, les "petites" bosses qui font mal, les marches, tout cela use et casse le bonhomme. Il faut donc garder un peu de jus sous les semelles le plus longtemps possible.

Côté météo, j'ai eu la "chance" de partir l'an dernier, les pieds dans la neige, donc avec des températures très fraîches, avant d'avoir droit à un lavage en mode "1000 tours/minutes", vu les trombes d'eau qui nous ont rincées dès le milieu d'après-midi jusque mon arrivée. Il ne faut donc pas, comme le dit Thierry, sous-estimer les conditions météo, qu'elles soient froides ou chaudes... l'organisme ne réagit pas de la même façon, même s'il doit s'y habituer de toute façon.

Même si les entraînements de Thierry et les miens n'ont rien à voir en terme de volume, puisque nous avons des niveaux et des objectifs totalement différents, un trail de 80 km ne doit pas se sous-estimer, c'est quand même presque l'équivalent de deux marathons. Il faut préparer son organisme et son corps à encaisser des distances, des durées, avoir mal et l'aider à combattre ses douleurs et les démons... avoir un mental d'acier aussi parce que là, sans mental, la course devient difficile, pénible, impossible.

Et bien évidemment comme le dit Thierry : "Pour finir, quelle est la chose la plus importante c'est de prendre du plaisir et d’essayer de réaliser ce pour quoi on s’est tant entraîné, quelque soit son objectif. Ça peut être uniquement le fait de finir la course pour un novice du 80 km ou réaliser le temps qu’on s’était fixé avant la course. Certains se font plaisir dans la performance, d’autres uniquement dans le fait d’aller au bout mais cette notion de plaisir reste primordiale."

Cette envie, elle me caractérise pour essayer d'en dégager un maximum de plaisir, même si certains moments sont difficiles, tout comme chaque jour que la vie nous donne. ne rien lâcher, se servir des difficultés pour avancer et se relever à chaque fois que l'on pose à genou à terre.

Merci Thierry pour ces conseils, et pour tout ce que tu fais pour le trail...
Au plaisir de te revoir en "vrai"...

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


Autre news:
16/10/2018 : Arradon, l'Ile aux Moines... 5 k de nat very cool, enfin presque !
14/10/2018 : 2019 se dessine... en mode Eco-Trail !
12/10/2018 : 5100m de nat en mer... "déchaînée", ça use !!!
07/10/2018 : Nager longtemps (5.6k) en mer...et avec le plaisir !
30/09/2018 : Dany.. champion de l'EnduroMan !
20/09/2018 : Bilan chiffré de 22 éditions de 42.2 K
15/09/2018 : 2019... un 4ème triathlon version XXL
12/09/2018 : Marathon de Tallin... et de 22 !
03/09/2018 : Marathon de Tallin... J - 5
28/08/2018 : Marathon de Tallin... J - 11


» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35