20/07/2021

Feins, Tri M : DNF... et l'IM de Copenhague qui s'éloigne ?

posté à 13:57 dans "Saison 2021"

Hello,
j'ai toujours été anti ou contre le drafting, cette façon de faire du triathlon, enfin la partie vélo, roue dans roue comme si on était dans une course cycliste, en peloton.

Cette pratique peut être louable pour celles ou ceux qui aiment se faire trainer, être cachés bien à l'abri du vent ou pourquoi pas "jouer la locomotive"... mais elle arrange surtout les arbitres qui pendant ce temps là n'ont "rien à faire", à part peut-être vérifier que les hommes ne draftent pas les femmes et vice et versa... (de mémoire, en théorie le drafting n'est autorisé qu'entre hommes et qu'entre femmes, les mix sont interdits... à moins que ça ait changé, vu ce que j'ai pu voir ce dimanche)

Bref... tout ça pour dire que quand je me suis inscrit à ce tri, Olivia également, il n'était indiqué nulle part que les épreuves de la journée allaient être avec drafting (ou alors très très petit), comme les années passées quand j'étais au départ, sinon vous pensez bien que je ne m'y serait pas lancé, Olivia non plus puisque nous avons chacun un vélo de chrono avec vitesses sur le prolongateur (pas du Di2, du mécanique, lol).



Avec surprise nous avons eu vent quelques jours auparavant de la possibilité du drafting. J'ai écrit à l'orga mais j'attends encore aujourd'hui la réponse ! Malheureusement, la veille nous avons eu confirmation de ce putain de drafting... que faire ?...

J'avais choisi de faire les 2 épreuves, le S le matin comme Olivia mais en mode cool avec un p'tit déguisement original et le M l'AM sous les couleurs de St-Grégoire Tri, en mode course test de forme. Mais au fait, avec quel vélo ?
J'ai du sortir le "mulet" du Home Trainer pour Olivia et le VTT à moitié rouillé du garage pour bibi...

b>10H30, la galère allait commencer !!!

Mon niveau de nat est comment dire... très mauvais, je n'ai pas réellement nagé depuis la 333HR en septembre 2019, à part quelques sorties courtes en mer ou une de 3100 à Feins mais avec un chrono très très loin de ce que je connaissais il y a encore 1 an et demi.

13', c'est à peu près le timing qu'il m'a fallu pour boucler, sans combi, les 500m de nat... c'est à dire 3' de plus que mes précédents temps de référence. Mais bon j'étais là en touriste le matin donc no stress et direction le vélo après avoir enfilé ma tunique de Tintin comme à l'écotrail, non sans mal en étant encore détrempé. Le départ en VTT a été compliqué, même si très applaudi par les spectateurs en raison de la tunique de triathlète non-ordinaire.

Malheureusement de mon côté, avec les 2 premiers pignons qui ne passaient pas, le 3ème qui passait régulièrement sur le 4ème et les 6 et 7 qui ne passaient pas, ça ne me laissait pas une grande marge pour changer l'allure, parce que les deux plateaux inférieurs étaient vraiment trop petits pour du plat ou du faux-plat...

Mais bon, en positivant, j'ai réussi à boucler les 20 bornes à un peu plus de 27 km/h de moyenne, c'est déjà bien, d'autant qu'inscrit sur le M de l'AM je ne voulais pas cramer toutes mes cartouches.

Une fois la T2 passée et les Evadict chaussées, direction les 5 bornes de CAP avec heureusement des portions à l'ombre sous ce soleil qui tapait déjà pas mal. Sans trop forcer et en "marchant" sur les 200 derniers mètres de la bosses, j'ai mis 27'49 sur la course à pieds pour terminer l'épreuve, me classant ainsi 238ème sur 257 finishers, en 1H33'31. Ça faisait longtemps que je n'avais pas surfé sur les profondeurs du classement !

Bravo à Olivia quant à elle qui a fini sans soucis devant moi, améliorant par la même occasion son classement et son chrono par rapport à sa précédente participation.


Merci Elise pour cette photo souvenir :)


Tri M de l'AM, un DNF qui fait mal

Un DNF c'est quoi ? En anglais ça correspond à "Do Not Fnish", bref, abandon ou élimination en triathlon.

1500m de nat, 40 bornes de vélo et un p'tit 10k à pieds, rien de bien exceptionnel, sauf quand après deux mois d'arrêt ou plutôt d'inactivité suite à ma déchirure au mollet, une fermeture de piscines à cause du covid ou une ouverture compliquée avec des créneaux à réserver en ligne sur une plateforme souvent saturée... bref, ce n'était pas gagné quand même.

En nat que dire... quand tu sors dans les 10 derniers de l'eau sur 180 triathlètes, ça pique, surtout quand ton chrono indique 39', alors qu'en général tu étais plus près des 27/30'. L'avantage est que dans le parc à vélo, tu ne galères pas trop à chercher ton bike. Bon ça c'est pour la note d'humour... ce sera la seule.


Crédit Photo : Olivia


Mais bon avec un coup au mental quand même j'ai lancé l'épopée bike sous les 32° donnés par le thermostat de la voiture. Loin devant, un petit groupe de 3, et derrière un gars tout seul qui ne mettra pas longtemps à me doubler. Il faut dire que quand tu oublies de remettre la selle du "mulet" prêté le matin, à la bonne hauteur, tu te sens comme... un peu rétrécis et surtout pas bien du tout, pas en confort, même si rien ne vaut mon Baron rouge, le chrono dans toute sa splendeur, à la bonne taille, avec un prolongateur !

Tant pis je m'adapte plus de temps à perdre pour s'arrêter et re-régler tout ça.

Une M.... n'arrivant jamais seule, quand j'ai commencé à envoyer des watts, le "mulet" a décidé, comme le VTT le matin, de ne pas m'autoriser à choisir mes vitesses, mais à les changer à ma place ce qui est, vous l'aurez compris, très chiant et ôh combien énervant. Le dérailleur a du prendre un coup pendant le transport je suppose, vu que le test de la veille était positif.

Et que dire de ces groupes de 5, 6 voire 10 ou 12 coureurs en file indienne te doublent à 40 kmh ou plus dont certains te disent "allez accroche"... ben non, je n'ai pas le droit (à noter qu'il est interdit de drafter un groupe qui n'est pas sur la même boucle), ce n'est pas parce que certains ne respectent rien que c'est à faire... Bref.

C'est aussi ça le drafting, réussir à sortir de l'eau pas trop mal pour choper un groupe de rouleurs de ton niveau pour "mieux" rouler... et distancer encore plus celles et ceux qui n'ont pas possibilité de faire la même chose, assez inégal comme trip, le pot de terre contre celui en fer !

Le vent s'était levé aussi par rapport au matin, n'aidant en rien mon affaire. Mal assis, après une dizaine de kilomètres, mon mollet (sans doute trop étiré du fait de ma mauvaise position) a décidé à son tour de s'ajouter à la fête des emmerdes... Il y avait longtemps !!! pffff

A la moitié du second tour, la flotte du bidon (je n'en n'avais qu'un) était arrivée au niveau zéro ; y'a des jours comme ça, rien ne va !

Le calcul était vite fait... 2 tours encore à faire, soit 20 bornes, même à 30kmh ça voulait dire 40 minutes sans pouvoir m'hydrater, mais avec la température, le mollet qui était déjà entamé allait encore déguster sérieusement et ça, je n'en n'avais pas besoin.

J'ai donc levé le pied et me suis résigné à stopper ma course à la fin de la seconde boucle. J'ai informé l'arbitre qui m'a demandé de lui restituer mon dossard et ma puce avant de rentrer un peu pour ne pas dire beaucoup, dégoûté, notamment en pensant au 22 août, au Danemark.


Crédit Photo : Olivia


Il me reste 1 mois pour préparer l'IM de Copenhague. Dans cet état c'est comme qui dirait un peu osé pour ne pas dire que c'est aller au casse-pipe. La déchirure que j'ai du aggraver (contre l'avis du toubib bien évidemment) à l'écotrail semble ressurgir en toute logique. Je serai fixé jeudi matin chez le toubib !
Le niveau en nat est déplorable puisque qu'avec une simple règle de 3, les 3800m de nat seront faits aux alentours de 1H40, voire 45 ou 50 avec la fatigue, soit 15, 20 ou 25 minutes de plus que mes "plus mauvais chronos". Si les 180 kils de bike devraient passer en 6 à 7H, sauf si le mollet m'en empêche, le marathon quant à lui devient un équation avec de multiples inconnues...

Alors, est-ce que faire 3200 kms (1600 A-R) de voiture pour prendre le départ d'une course dont les conditions sanitaires sont encore trop aléatoires, qui plus est avec une prépa trop peu adaptée et une santé précaire est raisonnable ? Je connais la réponse mais je refuse pour le moment de l'entendre.
J'ai réussi à décrocher en urgence un RDV avec un médecin du sport équipé d'une écho pour voir l'ampleur des dégâts et à l'issue, me laisser, ou pas, encore 15 jours de réflexion pour prendre une décision.

Mon abandon à Feins ce dimanche AM a été le premier et le seul de ma "carrière" puisqu'à Embrun en 2007 c'est le délai dépassé du chrono qui m'avait contraint à stopper la course.

Pas facile à admettre... Y'a des jours avec, mais pas que !

NOTA : petite consolation quand même... on a eu en "cadeau" un gobelet "minimaliste" adapté au trail ou au trekking, comparé à Paris qui organise un écotrail avec une "bière locale en cadeau" pour course qui coûte beaucoup plus cher et qui est moins campagne.
Merci aux bénévoles et à l'orga, Alain et Annick, surtout par cette température, même si cette décision de drafting "imposée" par le corps arbitral, me reste en travers de la gorge.

Je garde un œil rempli d'espoir vers le Danemark, même si je crains que jeudi ma toubib ne me fasse comprendre que le défi, même s'il est beau et "couillu", n'est pas ou plus envisageable !



Allez, à la r'voyure !

 


06/07/2021

ECOTRAIL 2021... retex en demi-teinte.

posté à 08:23 dans "Saison 2021"

Hello,
vendredi 2 juillet, lors de mon RDV chez le Dr C., 64 rue de Rennes à Paris, le WE "sportif" commençait mal... le toubib n'était pas là, malgré la validation de mon RDV via doctolib, et la confirmation reçus la veille.
Heureusement, son confrère présent a bien voulu me recevoir.

Bilan : la lésion est toujours visible et quasi recollée...

Par contre, avec à peine 50k de prépa et sans aucune séance spécifique (côtes, fractionné...), je savais que j'allais souffrir. Avec seulement 500m de D+, ce qui n'était pas non plus la mer à boire pour un breton (oui je préfère le "vrai" beurre, le salé et pas le beure doux), l'accumulation des bosses à la fin , surtout dans les descentes, laissait envisager un final avec des cuissots bien cramés.

Un 1er dossard depuis septembre dernier, au trail du Sancy... ça a fait du bien quand même...

Pour moi c'était bizarre aussi de faire le parcours 30 de jour (mes 4 participations précédentes étaient sur le 80, donc de nuit sur ce morceau). A part comme d'hab la fin au milieu des voitures, surtout en plein AM, détail bien pénible, c'était vraiment sympa.
Ma tenue originale pour l'occasion, même si elle devenait de plus en plus lourde en accumulant les kils a permis de faire sourire, applaudir, bref de me permettre de ne pas toujours penser à la distance qu'il restait à parcourir.

Au passage... les bénévoles ont toujours tenté d'être aux p'tits soins, un GROS MERCI !

Mais la volonté ou le désir de faire une course, sans entrainement ou presque a son revers et quand au 12ème kilomètre la douleur revient au mollet... tu te dis que les 18 restant vont être compliqués.



J'ai donc tenté de temporiser mais l'accumulation des douleurs, des contractures dues bien évidemment au manque d'entrainement, a eu raison de mon allure mais aussi de ma motivation.

Quand tu en es rendu, sur les portions plates, à te dire : "vivement la prochaine bosse que je marche", c'est qu'il manque quelque chose, la mayonnaise ne prend pas.
Il faut dire qu'avec le covid, le manque de courses, la motiv a pris un sacré coup au mental mais le décor parisien, l'après-midi, ce n'est pas non plus ce qu'on fait de mieux. On est loin des paysages magnifiques de la Bretagne ou de la montagne, ces décors sans personne, ces étendues à perte de vue... Peut-être aussi pour ça que cette portion de l'écotrail, de nuit, avec la fatigue des 50 premiers kilomètres était moins "monotone".

Pas l'utilité donc de faire de "retex" plus explicite, j'ai subi le tracé, je savais à quoi m'en tenir. Je suis ravi quand même d'avoir bouclé ce nouveau trip, surtout dans ces conditions mais la suite de la saison reste incertaine.

Le résultat est à l'image de tout ça... 918ème sur près de 1500 au départ, après 3H33'29 de course/marche.



Quand tu prends le départ d'une course, tu ne cherches pas la victoire à proprement dit (enfin moi, vu mon niveau) et il est vrai que quand tu passes la ligne tu as le sourire, sourire accentué quand on te remets un p'tit cadeau souvenir.

Comme tout le monde, la "bière locale" en guise de cadeau "offerte" à la fin de la course c'était petit, très petit. Des tee_shirts j'en ai des tonnes, je ne suis plus à un près mais pour celles et ceux qui faisaient leur 1er 10, 18, 30 ou 45, voire 80 pour eux ça aurait été juste ENORME !
Quand j'ai demandé la raison, un membre de l'orga à l'arrivée m'a répondu : "c'est pour éviter les tee-shirts et les produits qui viennent de chine et qui sont potentiellement porteurs du virus..." ?
Pourquoi est-ce que Salomon était partenaire alors ? et Irun ? Leurs produits ne viennent plus de chine ? Bref

A ce moment là plutôt ne rien mettre et diminuer le tarif comme le faisait très justement l'orga du Triathlon "Tribreizh" en centre Bretagne... que de mettre une bière (enfin un truc liquide dans un contenant en verre... et sans décapsuleur qui plus est sur l'arrivée pour pouvoir le boire)
Bref... comme pour le marathon du Mont St-Michel dont l'arrivée est à plus de 2km du monument désormais, il faut que ces "grosses orgas" arrêtent de "surfer" sur le côté magique d'un nom ou d'un batiment comme la Tour Eiffel + Eco pour attirer des masses de coureurs si pour à côté il faut délaisser les basiques en argumentant sur de fausses excuses.
Il n'existe pas ou plus d'entreprise française capable de fabriquer un cadeau ou une médaille avec des tarifs très compétitifs comme un rondin de bois estampillé "écotrail" par exemple ?
95 % des participants ne cherchent pas la victoire (heureusement d'ailleurs, lol) mais le fait de repartir avec un souvenir leur aurait fait le plus grand bien... même petit (même à moi, c'est pour dire :).

L'an prochain, il ne faudrait pas que l'orga oublie d'indiquer en GRAS lors de l'inscription : le tarif a encore augmenté parce qu'à l'arrivée, votre cadeau sera une bière "locale" de 33 cl sans décapsuleur pour pouvoir la savourer sur place à cause du covid. ATTENTION, rien de plus vous n'aurez ni tee-shirt, ni médaille, ni cadeau souvenir de votre effort.
Par contre s'il vous manque du matériel pour la course, pour éviter les pénalités à cause du manque de matériel obligatoire que personne ne contrôlera, peut-être pourrez-vous trouver ce qu'il vous manque dans l'un des 2 micro-stands de nos partenaires le jour du retrait des dossards.


Pour terminer, Bravo à Olivia qui était sur le 10k, elle aussi avec un mollet "dans le sac", dans les méandres du parc de St-Cloud ; on s'est loupés de peu sur la portion de circuit commune.



Maintenant je vais axer ma prépa sur les prochaines courses, en espérant cette fois une prépa digne de ce nom, une motivation digne de ce nom et surtout aucune blessure mais ça... seul l'avenir me le dira.

Programme :

18 juillet : Triathlon S de Feins le matin (en mode cool et tenue Tintin)
18 juillet : Triathlon M de Feins l'après-midi (dans la course sous les couleurs de mon club, St-Grégoire Triathlon)
22 août : Triathlon Ironman de Copenhague
11 septembre : Triathlon L de Dinard
03 Octobre : Marathon du Loch Ness (écosse)
... et + si affinités :)



Allez, à la r'voyure !

 


30/06/2021

Ecotrail... J - 3

posté à 15:56 dans "Saison 2021"

Hello,
encore 3 jours à patienter avant de me faire rincer la "couenne" sous la flotte prévue ce samedi en région parisienne.

Je profite de cette actu pour vous présenter officiellement ma tenue de trail 2021, lol.

Une tenue en prévision de mon marathon 2021, le long du Loch Ness, en Ecosse, dans cet endroit mythique de l'île noire du reporter TinTin :)
Je ne pouvais pas ne pas créer cette tunique originale, surtout quand on aime ce p'tit bonhomme né en Belgique. Bien évidemment, Milou sera de la partie, même si ce ne sera pas des plus "pratique"... je vais à l'Ecotrail, comme sur toutes mes autres courses, pour m'amuser.

J'ai testé mon "costume" 2 fois et malheureusement sous la pluie... comme on dit, jamais 2 sans 3 !

Le point positif est que je vais "enfin" pouvoir raccrocher un dossard mais sans le moindre objectif, sans la moindre prétention.
Après une déchirure au mollet qui semble se résorber, pour laisser place à une tendinite au niveau du tendon d'achille, donc sans prépa digne de ce nom, faut rester lucide.

Il n'y a pas de raisons que je ne passe pas la ligne d'arrivée du trail, même si 30 bornes ce n'est pas rien, on verra, on fera au mieux.

Lundi AM j'ai eu l'honneur de courir une dizaine de kms dans le sillon d'un champion, Erik Clavery, qui terminait son défi du GR 223, avec plus de 630 km en 4 jours sur les côtes normandes.

RESPECTS Erik, c'est énorme... et bravo à tout ton staff, une vraie victoire "d'équipe".


Crédit photo : Erik Clavery


La tenue est opérationnelle pour ce trail désormais après quelques ajustements suite à ces 2 sorties. J'espère juste que l'accumulation de pluie prévue samedi ne la rendra pas trop lourde ni trop encombrante.

J'aurai le dossard 7947, au départ de la terrasse de l'observatoire de Paris, à Meudon. Je serai sur la première vague, le départ sera donné à 14H.



Allez, à la r'voyure !

 


23/06/2021

Ecotrail J-10, ou pas... dans quel état j'gère ?

posté à 20:15 dans "Saison 2021"

Hello,
bon ben dans 10 jours... je serai au départ du 30 k de l'Ecotrail 2021...

Ce n'est pas un secret, surtout vu mon activité sportive des ces dernières semaines, je ne vais pas aller à Paris avec de grandes ambitions !
Le seul objectif sera de finir, sans me blesser d'avantage.

Le mollet est guéri ?

Oh que non, ou plutôt si peut-être mais depuis, c'est le tendon d'Achille qui souffre. Selon Aurélien, mon kiné, le fait de n'avoir quasi rien fait a surement aidé à guérir le mollet, mais le tendon de son côté s'est légèrement nécrosé. Pas top parce que quand je cours, comme cet AM avec Goupi, ben, ça pique. Je revois le toubib et son écho me dira si le mollet est réparé et qu'est ce qui "cloche" maintenant.

La sortie la plus longue faite en CAP fut celle du 7 juin, avec 8 kms en 52', c'est dire si les 30 k du samedi 3 juillet prochain vont être... comment dire... une épopée un peu tarée qui risque de me brûler les cuissots pendant de longues journées. Mais bon, si ce n'est que ça, ce ne sera pas dramatique !

Ce dernier mois, je n'ai fait "que" 6 sorties CAP, soit seulement 33.92 kms... et pas de fractionné, de côte, d'endurance, de sortie longue, bref, vous l'avez compris, je n'ai AUCUNE prépa, lol, je vais faire en un AM ce que j'ai fait en un mois, ah ah ah... mais quel c... !


Moi dans 10 jours, lol


Bon l'avantage, c'est que je vais tenter de faire cette course en tenue "originale"... en rapport avec un "reporter" belge. Il va quand même falloir que je teste cette tenue un de ces 4, mais sans être vu par les paparazzis locaux, ce s'rait dommage, lol
il ne faudrait pas qu'un défaut, un bug, un mauvais aspect de cette tenue complique la course, elle va déjà être assez compliquée.

Allez, à la r'voyure !

 


04/06/2021

Epicondylite et lésion myo aponévrotique du gastrocnémien médial droit...

posté à 23:08 dans "Saison 2021"

Hello,
ça vous parle ?

Non ?

Bon faisons simple...

Mardi j'ai fait un A-R sur la capitable pour aller voir un médecin du sport, le docteur Couzi afin d'avoir une répnse rapide (en Bretagne il fallait attendre fin juin, voire septembre) concernant les douleurs qui depuis quelques temps m'empêchent de faire mes entrainements de sport.

Concernant le coude, je n'avais pas trop de doute, une belle "tendinite" appelée aussi épicondylite, qui m'empêche de soulever des charges lourdes et même de trop forcer ; l'accumulation sans hésiter des travaux dans la "cabane de campagne" depuis la fin de l'hiver.

Malheureusement pas grand chose à faire, si ce n'est de la kiné et des exos style étirements et bien sûr sans forcer dessus.
Pas de contre-indication au vélo, la C.A.P ni même la nat... c'est un bon point !

Par contre, pour le mollet droit, ça se complique !

L'association de termes "barbares" du titre ne présage rien d'encourageant pour la suite de la saison... quoique !

En gros, pour faire simple là aussi, il s'agit d'une déchirure musculaire de niveau 2 sur une échelle de 4. Ce n'est pas dramatique, mais pas à prendre à la légère non plus.

Pas de contre-indication au vélo (sans danseuse ni trop d'effort dans les bosses), ou encore à la nat. Pour la C.A.P c'est là que c'est compliqué... J'ai droit à du repos "actif" ; je peux donc marcher et trottiner mais sans forcer et dès la moindre douleur, stopper tout. L'écotrail (le petit) de 30 k le 3 juillet est pour le moment mal engagé.
Heureusement, les séances de kiné, même si elles font mal entre les massages et les ondes de choc m'ont permis de reprendre tranquillou en alternant marche et course avec cette semaine au programme : enchainements de 3' de marche + 2' de C.A.P pendant 30'. La séance de mercredi s'est bien déroulée... @ suivre demain si ça se confirme.

Si les voyants restent au vert, je passerai à 2'30/2'30 puis 2'/3' et ainsi de suite.

Autant dire que si je prends le départ (me connaissant le contraire m'étonnerait, grrrr) ce sera en mode hyper/méga pépère cool avec quasi zéro training.
Pas de fractionné, par de séances de côtes, bref, en mode allure débutant/découverte.

Le but est d'essayer de retrouver une once de forme et de surtout pas me blesser pour espérer garder l'espoir d'être au départ de l'IM de Copenhague le 22 août... mais là aussi avec un training à la "one again", ou plutôt avec l'entrainement pour un S ou un M !

Y'a plus qu'à marcher, trottiner cool, rouler et tenter de nager pour espérer sauver les dossards 2021.

@ suivre !



Allez, à la r'voyure !



PS : source illustration : https://www.chirurgie-pied-sport.com/traumatologie-du-sport/tennis-leg-chirurgie-du-sport-a-monaco

 




» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35