01/11/2018

5.3k dans la Rance... mais glaglaglagla... ce sera la "Der'2018"

posté à 20h13 dans "Saison 2018"

Hello,
ce mdi, après avoir vérifié que la météo dinanaise n'avait pas changé, j'ai pris la direction du port de Dinan.

Arrivé vers 13H50, j'ai vite compris en mettant mon habit de dauphin, enfin plutôt de lion de mer, j'ai vite compris que la nat allait être "fraîche". Un p'tit air virevoltait, pas vraiment chaud.
En plus avec les tempé très basses du Week-End, rien ne pouvait me faire croire le contraire.

Bon quand tu va du parking à côté de celui de la Maison de la Rance jusqu'à la cale de mise à l'eau... en mode homme-grenouille, tu fais sourire certains et exaspère d'autres.
L'avantage c'est que quand tu décides, après avoir mi un pied dans l'eau congelé, de te lancer quand même en descendant doucement sur les pavés recouverts d'herbe glissante et que tu te vautres comme une M... avant de descendre sur 5 ou 6 mètres comme dans un toboggan et de finir en entier dans la flotte , là tout le monde se marre, même, ou surtout, celles et ceux qui mangent sur la terrasse d'en face l'écharpe autour du cou. lol

Bon ben ça, c'est fait mais p't1 quelle est fraîche... ouch...



Les premiers battements de bras me rappellent ma prépa Ironcorsair... sur le sillon en mars 2016... impossible de garder la tête sous l'eau en mode 3 temps, ni en deux d'ailleurs.
Il faut le temps que ma tête devienne plus froide, lol.

50, 100, 150... toujours aussi froid...

200, 250 ça va mieux le trois temps tient le coup, il aura fallu 5 bonnes minutes quand même !

Certains marcheurs ou promeneurs c'est selon regardent interrogatifs puis reprennent leur chemin en se retournant de temps en temps ; si, si, je suis encore là, lol. Oui je sais faut être "taré" comme le disent certains mais si un jour je veux traverser la Manche, il faut que je m'habitue aux "tarés'trainings" ; passer 17, 20 ou 25 heures entre Douvres et Calais, je pense qu'on a le temps de cogiter alors avant il faut entamer le ciboulo à ces entrainement déjantés pour le formater :)

500m, première "mini-pause" boisson avec mon bidon Hydrenergy4 qui suis derrière la bouée ; ça fait du bien ce goût mentholé ! Un peu plus de 10 minutes déjà que je suis parti et mes mains ont déjà pris des gros coups de soleil, elles sont rouges limite écarlates. Ah ce s'rait le froid ? ah bon, je ne me souviens pas que c'était comme ça sur le XL de Gérardmer en 2007.

750, 1000, deuxième pause H4, si mes doigts n'arrivent pas à ouvrir la tétine du bidon, les dents s'en chargent en moins de temps qu'il ne faut pour dire et c'est reparti en mode 3 temps au moment de passer devant l'usine de traitement des eaux de la ville de Dinan.
Mais non, la Rance est propre, l'odeur d'eau de javel que je ressens n'a rien à voir ce doit être une personne qui nettoie sont salon à côté, lol

1500m et là que faire... je suis bien en nat mais je commence à ressentir un peu de fraîcheur au niveau des bras. Je laisse passer un ou deux litres d'eau au col de la combi. Ouch... contrairement à un double-pi qui réchauffe là ça... fait froid mais de courte durée parce que l'eau au contact de la peau se mets vite à la tempé et après quelques mouvements me réchauffe, enfin c'est l'impression que j'en ai.

Par contre je me dis que le 7 k ne sera pas pour aujourd'hui, au mieux 4 voir 5 mais pas plus, ce n'est pas parce que c'est le jour de la Toussaint que je dois me "refroidir", j'ai encore des trucs à faire aujourd'hui et demain, ce WE aussi et après, lol

1700, 1800, 1900, 2000... 55 minutes que je suis parti... je pousse à l'heure avant de faire demi-tour :)

Ca y est, 2300m et 1H au compteur, retour à la base.

Le rayon de soleil qui se fraye un chemin entre les nuages est bien sympa mais il est bas et me cache un peu la visi des bouées du chenal sur lesquelles je me cale pour garder une bonne trajectoire.

3800, et 1H29, je n'ai toujours pas progressé sur la distance Ironman, mais bon, là il fait frais et j'ai une bouée et un bidon qui me suivent, ce n'est pas grand-chose mais bon un petit "handicap" quand même.

Au moment de faire ma apuse'H4 au 4000m je me rend compte que mon petit doigt gauche a décidé de se la jouer anarcho'gaucho'marginal. Il est courbé et ne veux plus se coller aux autres doigts de la main. Pfff c'est malin, maintenant je vais nager avec les 4/5èmes de la main, la poussée va être perturbée. Effectivement pas top !

Je tire dessus avec la main droite mais rien à faire il est "bouqué" ! Le froid commence vraiment à avoir de mauvais effets, j'ai bien fait de ne pas pousser jusqu'à 3.5k avant le demi tour, le retour aurait été très très très long.

4500, avant dernière pause H4 après être repassé dans les relents de l'usine de traitement. Papy et Mamy promenade me regardent avec l'air dégoûté semblant me dire "tu veux que je te donne 5 € pour aller à la piscine, c'est ça ?" ah ah ah...

Je repars et là, j'entends crier... juste le driver en zodiac des deux avirons qui me foncent dessus. Je suis pourtant près du bord mais bon je me rapproche encore pour les laisser manœuvrer sans trop stresser et je continue avant la deuxième vague, mais là, j'entre dans le port et l'espace est plus étriqué avec la longueur de leurs rames. Ce s'rait ballot de s'en prendre un coup !

Une fois les filles passées je file droit vers la cale.

Ah 5000m, un coup d'H4 et hop encore 200 ou 300 mètres et je stopperai là pour aujourd'hui.

Les promeneurs sont beaucoup plus nombreux qu'au départ, je n'ai pas le droit de flancher, lol
Mais bon ça va je suis en pleine forme, juste un peu frais.

10, 7, 5, 2 et hop... accosté ! Enfin échoué plutôt. Impossible de me lever tellement ça glisse alors je me fait "glisser" jusqu'aux pavés "secs". J'accroche avec mes mains un peu crispées et hop, au "sec". Je m'assois pour dégonfler la bouée après avoir éteint le garmin. Je chope le Samsung et j'immortalise ma bouille et ma belle main droite avec son p'tit doigt rebelle, lol



Il me faudra au moins 10 minutes pour virer le haut de la combi à cause du p't1 de velcro qui ne veut pas s'enlever ! C'est plus facile après avoir nagé 750m !

Et je ne peux pas rester debout en tirant sur les manches, j'ai des crampes dans les mollets, tiens ils ne s'étaient pas manifestés avant... c'est cool !

Le retour à la voiture est de plus en plus frisquet. Bon faut dire que quand t'es torse-nu au milieu de la rue et que tous ceux que tu croises ont le col remonté au max ou la doudoune et l'écharpe, tu dis qu'il y a un bug dans ta tête, lol



Encore 5 bonnes minutes pour enlever le bas de la combi ! Elle a du rétrécir ce n'est pas possible !!!

Le retour avec le chauffage à 27° m'aura fait le plus grand bien. Bon j'ai un peu mal au crâne mais ça, ça passera comme c'est v'nu, je reste ravi de ma sortie même si je pourrais être déçu de ne pas avoir atteint l'objectif des 7 kils.

Ce sera pour 2019 désormais, on ne va pas tenter d'avantage le diable, non... déjà, nager 5300m un 1er novembre en eaux-libre, qui plus est en Bretagne, tout le monde ne peut pas en dire autant. Il faisait 10° dehors et dans l'eau, je ne sais pas mais pas plus de 10/12° c'est sûr. il me restera la piscine pour cet hiver, bon on f'ra avec, lol. S'il n'y a personne ce sera 4000, ou peut-être 5000 m avec les mini-paddles pour gainer un peu les épaules et l'Ameo Powerbreather pour travailler la respiration, on verra au printemps si j'ai progressé :)



Allez, maintenant place aux premiers entraînements "Ecotrail 80k" du mois de mars, la nat sera en second plan désormais. Il va aussi falloir que je me trouve un Home-Trainer pour cet hiver, pas envie d'aller rouler sous la pluie, c'est mieux de pédaler devant la télé avec les Pim's à côté, lol.

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

PS : je totalise 27.230 kilomètres de nat en 5 sorties en eaux libres en seulement 1 mois... qu'est-ce que ça va être en 2019 si je continue sur ma lancée, personne n'osera plus venir nager avec moi, snif'lol ???

 


29/10/2018

Après le FFA, place à la FFTRI de faire son "beurre"...

posté à 23h16 dans "Saison 2018"

Hello,
être licencié dans un club de triathlon ou individuel relève de plus en plus de la classe "haut de gamme"...

Le triathlon est un sport qui associe à la suite les 3 disciplines : natation, cyclisme et course à pieds. Et qui dit 3 disciplines, dit 3 "budgets" pour 3 sports différents et donc avec 3 types d'équipements différents ; entre autres, un vélo ou une combinaison de natation pour les plus onéreux.
Mais pour avoir le droit de pratiquer ce sport en compétition il faut une licence annuelle ou à défaut payer un "pass journée" pour avoir le droit de faire partie de ce monde !

Jusqu'à il y a encore peu de temps, le fait de détenir une licence triathlon, en France, permettait de s'inscrire sur n'importe quelle course à pieds ou trail. Or désormais, la FFA (fédération française d'athlé) a décidé que pour faire une course à pieds, même un 3 ou 5 kilomètres ce qui à côté d'un triathlon Ironman n'est rien, la licence FFTRI n'est plus valable. Alors soit vous avez de l'argent et vous achetez (il n'y a pas d'autre mot) une licence FFA, soit, comme moi, vous fournissez à chaque course un certificat médical de non-contre-indication à la pratique de la course à pieds en compétition.
Et quand on voit le nombre de personnes qui au lieu d'aller faire un tour chez le toubib préfère jouer avec leur photoshop pour modifier le certif de l'année passée... bref !

A noter qu'à l'étranger, les orgas se dédouanent de ça ! J'ai fait les marathons de Dublin, Majorque, Copenhague, Malte ou encore Tallin et à aucun moment il ne m'a été demandé de justifier de mon état de santé par la délivrance d'un certif médical... les étrangers estiment que c'est à nous, athlètes, de prendre nos patins et de nous assurer que notre état de santé est compatible. Pourquoi la France reste-t-elle ancrée dans ces principes ? D'autant plus que cette année encore, en sortant de chez le cardiologue pour un examen approfondi de mes 45 ans (oui je sais, ben... ta gueule !! lol ) il m'a encore confirmé que je pouvais faire un infarctus et calancher en passant sa porte... l'examen n'empêche rien, il est juste là pour vérifier qu'il n'y a aucune anomalie.

CQFD : tu es visiblement en pleine forme, tu peux faire toutes les courses que tu veux mais... si tu calanches je n'y serai pour rien et je ne peux pas te dire que tu n'auras rien tout à l'heure, demain, dans un mois ou 12 ! A bon entendeur...

La fédé de Tri à son tour, jalouse peut-être de la FFA ou simplement pour tenter de faire engraisser encore plus son bénéfice a décidé d'en faire autant et de ne plus reconnaître les licences étrangères comme celle émanant des USA et qui depuis 3 ans me permettait de faire quelques tris sans avoir à payer ce pass-journée.

En 2015 j’écrivais çà ce sujet ce post qui est toujours d'actualité (juste que les tarifs ont augmenté pour certaines ligues):

Pourquoi une licence US et pas une française ???

Avec mes horaires "atypiques" de "poulet nocturne", il faut dire que ce n'est pas très évident de s'affilier à un club, quel qu'il soit.
Ben oui, avoir un W.E toutes les 7 semaines, ça n'aide pas pour être présent tous les dimanches matins pour la sortie vélo, ou le soir pour aller nager ou courir.
Et puis si c'est être dans un club juste pour porter la tenue et n'être là que pour la photo de présentation et deux entraînements par mois, ce n'est pas top.

Bien sûr la FFTRI fournit les licences "individuelles", c'est à dire aux gars et aux filles qui ne veulent pas s'affilier à un club... alors j'aurais pu "rester français", oui, mais non !
Le prix de la licence fait déjà la différence, puisqu'aux USA, le coût est de 45$ (50$ en 2018), soit une quarantaine d'€uros, alors que version FFTRI il faut compter... plusieurs billets, jusqu'à 5 fois plus, en fonction des ligues.

Allez comprendre, mais pourquoi une telle différence ???

- Auvergne : 363 €
- Provence Alpes : 277 €
- Aquitaine : 273 €
- Bretagne : 272 €
- Languedoc Roussillon : 217 €
- Côte d'Azur : 202 €
- Limousin, Midi Pyrénées : 192 €
- IDF : 176 €
- Franche Comté : 155 €
- Corse : 154 €
- Alsace, Nord Pas de Calais : 148 €
- Centre : 134 €
- Poitou Charentes, Rhône Alpes : 128 €
- Bourgogne : 100 €
- Lorraine : 97 €
- Basse & Haute Normandie : 91 €
- Champagne Ardennes, Pays de la Loire, Picardie : 90 €
- Martinique : 77 €
- Nouvelle Calédonie : 74 €
- Réunion : 72 €
- Guadeloupe : 69 €


A noter quand même que dans le prix de cette licence la ligue concernée prend une part... on ne peut plus exagérée.

Voilà par exemple le détail pour la ligue Bretagne :



NOTA : valide ou handi... même combat, même pas la moindre réduc pour les personnes à mobilité réduite, c'est lamentable !

Pourquoi une si grande différence entre les ligues françaises ???
J'appelle ça de la discrimination, mais si : pourquoi est-ce qu'un guadeloupéen paie 5 fois moins cher qu'un auvergnat ???

Comment voulez-vous faire aimer le triathlon à des personnes qui débutent en les assassinant avec de tels tarifs qui viennent en complément de tout l'équipement ? Et tout ça pour gagner un tee-shirt ou une médaille en chocolat une fois s'être acquitté des 31.50 € (ex. triathlon M de Feins en 2018, ). A ce tarif il ne faut pas en faire qu'un par an pour la rentabiliser cette p'tain de licence !!!
NOTA : pour les non licenciés, il faut compter 52.00 € d'inscription dont 20.00 € de pass-journée (ex : Tri M de Feins 2018) pour nager 1500m, rouler 40 kms et courir 10kms, soit 51.5 kms.

Entre le hausse du prix de l'essence (enfin surtout le gasoil pour moi), les impôts et maintenant le sport... pas étonnants que beaucoup se barrent à l'étranger ou se tirent une balle parce qu'ils n'arrivent plus à finir leurs mois sans couler sous les factures ! C'est sûr que pour un homme d'état ou un président de fédé la vie est moins compliquée financièrement.

Je ne prendrai donc pas de licence FFTRI cette année, ni les prochaines non plus. Là je n'ai pas eu le choix de payer 40 € de pass-journée pour le XXL de Tours (qui au final me coûte 349 €) parce que j'y étais déjà inscrit ; y'en a marre d'être racketté par une fédé ou une ligue dont certains dirigeants n'ont jamais mis un seul dossard de triathlète de leur vie ! J'ai été président de club et arbitre, je sais ce que je dis et pourquoi je le dis, certains(es) se reconnaîtront !

Même les copains du swimrun sont sous la menace d'être impactés et vont devoir avoir une licence tri pour pratiquer leur sport... Je sens que désormais je vais me mettre au tri-free et pourquoi pas extrême... comprenez par là que je vais me concocter mes épreuves en solo ou avec des potes, mais sans avoir besoin d'une fédé pour m'en donner les règles et surtout de venir prendre mon argent sans le moindre effort, juste pour le plaisir de s'engraisser à moindre frais. On lance le pari pour 2019 ?

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


28/10/2018

Run en mode free'shoes...

posté à 18h49 dans "Saison 2018"

Hello,
ce matin avait lieu le Marathon Vert de Rennes.

Pour l'occaz, ayant pas mal de connaissances (amis, collègues) qui y participaient, soit en solo, soit en duo ou encore en relais à plusieurs, j'ai décidé de faire une petite séance de run cool pour aller les encourager. Bon sachant que le tracé passe juste devant ma porte vitrée... je n'avais pas très loin à faire.

Mais comme je n'aime pas rester sans rien faire, je me suis fixé de faire le circuit en sens inverse et de le remonter à chaque fois que je croisais quelqu'un de ma connaissance pour trottiner un peu avec elle ou lui, avant de rebrousser chemin pour aller en récupérer un ou une autre.

Ce jeu peu vite dégénérer, en fonction de la distance que l'on s'accorde avec l'heureux(se) élu(e).

Il y avait plus de monde que je ne le pensais...

Ayant plus qu'une grosse envie de faire ma saison 2019 en VFF (Vibram Five Fingers) j'ai entamé ma sortie "fraîche" avec mes VFF jaune. J'avais prévu de trottiner 45 voir 50 minutes pas vraiment plus.

A peine sur le circuit je repère Hervé mais n'étant pas encore "chaud" je le laisse filer à son allure. (il finira en 3H39, soit 5'09 au kil). Bravo Champion !

Je descends tranquillou vers le bas de Pacé quand je croise Monsieur Brice, le meneur des 4H... Bravo champion, faut être irréprochable pour faire ça. Il passera la ligne avec le timing, en 3H59 ! Quelques hectos plus loin c'est au tour de la fusée Vincent (relais duo qui ne mettra qu'une heure quinze au semi... un autre monde) avant de récupérer Pierre de Vezin.
L'allure est plus douce et je fais demi tour pour l'accompagner avant, dans la petite bosse vers CORA de croiser tout le groupe de l'asso venus l'encourager. Je trottine encore quelques hectos et je repars en arrière... Pierre a fini en 4H40 (V3, Bravo l'ancien)



De très bonnes sensations ce matin en VFF, il fait frais mais sinon tout se passe bien.

Sans vraiment faire attention, j'aperçois une "fusée" jaune... C'est Elise qui court le relais avec Virginie. Comme Vincent, même pas le temps de sortir le tel qu'elle est passée. Elle gagneront le relais fille en à peine 3H...

De retour dans le bas de Pacé c'est Pascal que je croise. En duo, Pascal a une belle foulée et je dois remettre un coup de collier pour garder le cap. On papote un peu mais limité, il est concentré et j'ai du mal à "tenir". Je ne veux pas me blesser alors je le laisse et repars en arrière.

Pas trop le temps de respirer que c'est Martine qui se pointe, notre multi-médaillée de Vezin dans sa caté Vétérane. Mes jambes sont rodées alors je me place devant pour lui couper un peu le zef qui se lève. On tourne à 5'15/20, une belle allure. On double les joëlettes au moment de leur changements de pilotes et je l'accompagne jusqu'au 16ème avant de rebrousser chemin... déjà 45' au compteur, il est "temps" de rentrer.



Je croise Robert, vétéran du grégo'team à qui il ne reste plus que 5.5 kils avant de passer le relais à Didier. L'allure est bone, le sourire est là aussi, Bravo Robert !
Il fait beau, les sensations sont bonnes... allez, j'enlève les VFF et les chaussettes, on va aller goûter au bitume en mode barefoot.



Il y avait bien longtemps... la dernière fois çà devait être sur la piste du Rheu, en tartan, pendant 1 kil.
J'apprécie le retour à ces sensations naturelles même si par moment l'asphalte pique un peu les coussinets plus trop habitués à ça.

Je passe devant l'appart et puis... je continue un peu, puis encore...

Dans le bas de Pacé j'aperçois Delphine, en relais avec sa famille. J'essaie de la suivre mais en barefoot je ne veux pas me blesser alors je la laisse continuer. Elle aura remonté 149 places...
C'est au tour de "Baba" qui suit juste derrière, en relais club également. Son allure est bonne aussi alors je discute 2 minutes avant de reprendre mon rythme pour rentrer tranquille.
Sacré Baptiste, toujours le sourire et la pointe de déguisement originale, bravo l'artiste !



Ça commence un peu à picoter sous les pieds mais bon, encore 800m à faire avant de rentrer.
Devant l'appart, le chrono indique 1H17... pfff, je continue pour arriver à 1H20, j'aime les comptes ronds, lol.

Je m’assois sur le banc de l'abri bu au moment ou Maïwen passe à son tour, en relais également. Les grégos'boys et les grégos'girls sont partout, Bravo Jean-Yves de les motiver autant :) .

Voilà après 50 minutes de VFF (9.2 kils) et 30 de barefoot (5k), ma séance "courte et souple" est terminée. Bon le pied gauche a un peu "mangé" mais bon faut qu'il s'y fasse, ce n'est que le début :)





Bravo à toutes et tous pour votre course.

PS : j'oubliais, juste pour la forme, le vainqueur, Lawi KIPTUI (un kenyan bien sûr) termine en "seulement" 2H08'39 et sa compatriote féminine Almaz NEGEDE en 2H29'38.

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


27/10/2018

6100m de nat. en eau douce... Records battu !!!

posté à 12h10 dans "Saison 2018"

Hello,
mercredi dernier, en cette belle période "d'été Indien breton" je n'ai pas pu résister à mon envie d'aller nager, dans la Rance, au départ de la Cale de Taden.

Après une grande nuit de 3 H entrecoupées de "pauses réveil" - merci chronopost et les ouvriers d'entretien des espaces verts - un p'tit déj enfilé et hop, direction le point de départ "tri du Pays de Rance".

Le ciel est superbe, sous ce soleil brun/jaune, la "mer" est plate, que du bonheur.
Enfilage de combi, tartinage de graisse à traire sur le coup, mettage de bonnet et de lunettes après un p'tit coup d'anti-fog (merci Olivia) et hop, direction la cale de lancement !

A noter que pour cette fois, je vais nager avec le téléphone à proximité pour que le LIVE Garmin puisse être activé, un p'tit suivi c'est toujours sympa ; et puis on ne sait jamais, si j'me noie, lol
Pour le téléphone, il faut qu'l soit hors d'eau pour délivrer les ondes, et pour ce faire, rien de tel que la bouée "Qubabobo"

Un peu imposante à la vue (et au poids) mais finalement une fois ses deux côtés gonflés, le tube sur l'eau ne pèse rien et l'espace "rangement" semble bien hermétique.
J'ai d'ailleurs profité de cette bouée pour y fixer mon bidon Hydrenergy4 pour enfin prendre le temps de boire un peu, toutes les 10 minutes.



Après avoir terminé mon "habillage" et papoté avec des lectrices profitant du bain de soleil, je jette le "paquet" à l'eau. Un peu de fraicheur ne me fera pas de mal.

Effectivement, sur les 200 premiers mètres le front et les joues ont un peu de mal à rester sous le niveau de l'eau, ce qui complique la respi et les mouvements de bras. Mais bon, une fois bien chaud, je n'y penserai plus. Contrairement à Arradon ou St-Malo, là, je ne vois pas le fond, à peine d'ailleurs mes mains sous l'eau mais bon, il faut savoir "faire des sacrifices".

L'objectif du jour étant de faire 6000 mètres, je choisis de partir en direction de Dinan plutôt que dans celle du Livey. Le canal est moins large de ce côté, en cas de soucis ce sera plus aisé de se rapprocher du bord ou d'appeler un joggeur ou un marcheur.



Après seulement 10 minutes je boucle les 500 premiers mètres et en profite pour stopper la nat pour choper le bidon et boire une gorgée de H4, le top, ça m'avait manqué lors de mes précédentes sorties. 10 secondes à peine et c'est reparti. Pas grand plaisancier sur cette "mer plate", c'est top'agréable.

Les mouvements sont fluides, je ne "tape pas dedans", le faible courant me porte, histoire d'aider un peu. Certains passants me regardent en mode "bizarre", d'autres sont totalement imperméables : "c'est normal et puis on s'en fout", lol.

1000m, deuxième pause H4, ça fait du bien et hop c'est reparti.

Je slalome entre les bouées du chenal pour éviter de temps en temps un petit bateau ou un aviron. Quand je m'écarte trop mes mains touchent le fond, c'est dire si ces bouées sont capitales pour les plaisanciers ; elles m'aident aussi à mieux m'orienter, même si le chenal n'est pas très large je vise chaque bouée pour avancer et ainsi "passer le temps". Oui il faut le reconnaître, contrairement à la course à pied, notamment en groupe, quand on nage on se fait un peu ch... lol

1500, 2000, 2500 m, le temps passe les les hectomètres se grappillent. Pas encore de crampes, c'est tant mieux !
Bien qu'on ne s'en rende pas vraiment compte, comme pour tout effort physique on "transpire", c'est pourquoi il faut boire régulièrement. Les portions d'eau fraiches, sans doute aux endroits les plus profonds me font énormément de bien.

J'approche tout doucement de l'usine d'épuration d'eau de Dinan. On a beau me dire que l'eau qui est rejetée dans la Rance est "propre", vu les relents, je garderai le doute.
2800m et dernier virage avant de décider de faire demi-tour. Plus de courant à cet endroit, alors je me faufile entre les feuilles des arbres, quelques branches et une sorte de "poussière" d'arbres qui recouvre la surface : les aléas de l'eau douce !

3000m allez demi-tour :

J'aurais voulu pousser jusqu'au port mais il y a encore au moins un kilomètre, je serai trop tendu en timing. Celà fait 1H10 que j'ai débuté, alors on va dire qu'il m'en faudra autant pour rentrer.
Je repasse dans la portion "stagnante" avant de mettre un coup d'accélérateur quand le courant revient et qui plus est, en face de moi. J'essaie de travailler ma propulsion mais... ça brûle, lol !

3500, 4000, je vois les distances s'amplifier sans réellement avoir l'impression d'en "ch...". Le temps est superbe et entre 2 "coucou" avec les plaisanciers ou les kayakistes, quand ce ne sont pas des marcheurs, je m'hydrate au H4 et j'avale les bouées.

4500, 5000... les crampes des mollets commencent à se faire sentir alors je bats un peu des jambes pour essayer de faire circuler un peu mieux le sang ; de temps en temps j'étire un peu aussi ; bon vous essaierez la prochaine fois que vous irez nager en piscine par exemple : vous nagez normalement le crawl et puis vous arrêtez de bougez une jambe, vous la tendez, et ramenez la point du pied vers le tibia... tout ça en continuant à battre l'autre jambes et sans arrêter les mouvements de bras. S vous me dites que c'est très simple, je ne vous croirai pas.

Bref... on fait comme on peut.

5500, 6000, ça y est l'objectif est atteint au moment de passer au niveau de la Cale de "mise à l'eau". Mais je trouve ce chiffre de 6000m trop "rond" alors je continue un peu. 10, 20, 30, 40 et 50 m avant de rebrousser chemin.

Après 2H32'17, je stoppe le chrono. 6124m voilà la distance parcourue aujourd'hui, mon record en matière de natation.



On a beau dire, même si les longueurs en piscine avec des exercices types sont indispensables pour progresser, il n'empêche que même si c'est parfois un peu chiant, la nat en eaux libres c'est quand même bien mieux.
Après autant de temps dans l'eau j'avoue avoir des yeux de lapin russe mixomatosé mais bon je super content de pouvoir faire autant, moi qui aime la natation comme un chien aime être attaché à un piquet.

Ce n'est pas pour rien si 90% de celles et ceux qui ont tenté la traversée de la manche en nageant ont échoué... tout le monde n'est pas nageur dans l'âme et encore moins dans la tête. Il va me falloir des mois de "battements" pour me forger le mental avant d'envisager me projeter sur ce mythe.



Retour maison... trop tard pour aller courir avec l'asso de Vezin, dommage, j'avais vraiment envie d'aller trottiner pour détendre le bas du corps avant de reprendre le boulot.
Tant pis on fera ça demain ou après-demain.

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

PS : les températures se rafraîchissent en fin de semaine, j'espère quand même pouvoir retourner nager une dernière fois la semaine prochaine... Objectif 7 k !!!

 


16/10/2018

Arradon, l'Ile aux Moines... 5 k de nat very cool, enfin presque !

posté à 23h33 dans "Saison 2018"

Hello,
après m'être levé à 5H40 pour déposer myChoupette sur son lieu de stage, direction vannes pour un stage pro très intéressant et instructif dans un domaine particulièrement d'actualité ;)

A 16H30, une fois sorti de la formation, direction Arradon, au niveau du port pour enfiler la combar : Objectif 6 kils...

Bon, entre le trajet et le changement de tenue... je n'ai pas pu commencer à nageouiller avant 17H15. Sachant que je nage entre 2.5 et 3 km/h... je sais avant de partir que je vais devoir écourter un peu le tracé sinon il me faudra une lampe frontale puisqu'à partir de 19H00 le soleil disparaît. Mais bon je verrai au fur et à mesure de mon avancée.

Le soleil est de mise, un petit clapot avec un léger courant anime l'étendue humide... les conditions sont idéales.



Je suis un peu "stressé" en partant en raison du clapot et du soleil qui me tape plein dans le pif... je ne vois pour ainsi dire rien devant quand je lève la tête et vu le trafic des bateaux, petit mais existant quand même entre les voiliers, les paddles et les zodiacs, je ne fais pas le fier.
Même si ma bouée est là pour me rendre visible, quelqu'un qui vient derrière moi, avec le soleil pourrait ne pas me voir... pfff

Bref je suis parti direction l'Ile aux Moines mais... avec le courant je dérive vers l'Ile d'Irus. Je ne le ressens bizarrement pas mais je vois bien qu'en me fixant des bouées je nage plus en arrondi qu'en ligne droite ; du coup, arrivé à la pointe de l'Ile aux Moines j'ai du remonter au moins 200 m en ligne droite le long des rochers pour me remettre dans la direction de la petite Ile d'Holavre.

Je ne me sens pas en grande forme, les bras sont engourdis et quand je vois les herbes du fond ça me... enfin bon ce n'est pas rassurant même si je sais qu'il n'y aura pas de requin à en sortir. Le 1er kilomètre et demi ne passe en 35', dur, dur... le second kil que je passe vers 47' est le début de la galère.
Le mollet droit tout d'abord, suivi de près par le gauche, me lance des douleurs type "décharge de taser" :p

J'essaie de battre un peux des jambes, pas pour avancer mais pour les relaxer... pas grand chose ne se passe mais c'est moins pire.

Encore 4 bornes ???
Oh putain qu'ça va être compliqué si les crampes perdurent. Mais bon, j'ai connu pire, alors je relativise et je continue à progresser en direction de l'Ile Spiren.

2100, 2200... je commence à m'inquiéter en voyant ce soleil qui ne cesse de baisser... voilà 1H que je nage et si je continue jusque l'Ile puis vers celle des Moines avant d'entamer le retour, je vais finir dans le noir c'est clair, vu la vitesse.
Bon... avec quelques regrets je décide de mettre le clignotant et prendre la direction de l'Ile aux Moines avant d'atteindre celle de Spiren.

Je savoure les bains d'algues et les relents de mazout quand le zodiac et le bateau des parcs à huîtres ou à moules passent au large, ce n'est pas ce qu'on fait de mieux mais c'est moins pire que la pisse des crasseux dans les ascenseurs des cités rennaises, lol.

J'ai l'impression de ne plus avancer, pourtant mes battements sont réguliers, peut-être moins puissants sans doute.



Je rame, je rame et rame encore mais la "terre" ne semble pas approcher. Je sais Cyril il ne faut pas se retourner mais là je vois que j'ai avancé un peu ça me rassure quand même.
2800, 2900 et enfin 3000m mais en seulement 1H15, je suis à la ramasse complète. Pourtant aujourd'hui mes lunettes ne sont pas embuées, heureusement j'ai assez de M.... aujourd'hui.

Les crampes vont et viennent, s'effacent pendant 2 minutes et re-toquent à la porte pour ne pas que je les oublie. Je prends des positions de "canard", je brasse un peu mais bon, y'a surement une solution pour les faire passer mieux que ça... Je manque peut-être de quelque chose, je vais voir auprès des "pros" de la nage en eaux vives ils auront peut-être une soluce. Merci d'avance :)

Le soleil est désormais derrière les arbres, je nage dans l'ombre. L'eau est devenue d'huile, à l'approche des parcs à huîtres du bord de l'île. Je les longe avant d'arriver entre les bateaux arrimés aux bouées. Je slalome en suscitant la curiosité des promeneurs.

Le chrono tourne, les mètres défilent, lentement mais ils défilent.

Au bout de l'île je revoir le soleil, bas, si bas qu'il est dur à supporter et surtout il m'empêche comme à l'aller de voir devant.
Je longe la côte par prudence, je passe les 4000m après 1H50... vache l'allure de M....
Mais bon je ne me décourage pas, même si je sais que les 6 k sont "à l'eau", sans jeu de mot, lol, je ne devrais pas être loin des 5000m ce s'ra déjà ça.



Comme à l'aller, le passage de la bouée "La Truie" se fait en "arrondissant" la trajectoire, à cause du courant, plus léger mais présent malgré tout.

Au loin le soleil vit ses dernières lueurs. Le spectacle est splendide ! D'un côté j'ai hâte de sortir pour immortaliser le moment et de l'autre je suis dégoutté de devoir stopper maintenant...



Je me rapproche de plus en plus de la "terre". Encore 400m à faire pour au moins passer le sub 5000, ça devrait être bon. Je ne vois plus le fond de l'eau, il fait sombre alors le "stress" monte d'un cran même si je me rapproche des bateaux amarrés. Je me fixe ce voilier blanc pour garder le cap. Les marcheurs sur le chemin de pierre regardent le beau spectacle qui se joue derrière moi, les teintes multicolores sont merveilleuses, ce ne seront pas les paddles qui me doublent qui diront le contraire.

4800, 4900 et voilà 5000m.

50m plus tard je stoppe le chrono après 2H14. Il y a 10 jours, je faisais 600m de plus pour ce temps. 2'40 au 100m, je ne suis pas près de traverser la Manche, lol, enfin pas en moins de 20 heures. Mais bon, j'ai encore le temps de rêver à ce projet, parce que financièrement il est totalement inaccessible sans partenaires... alors il ne restera peut-être qu'un rêve mais comme tous les rêves, ils sont souvent plus agréables avant qu'une fois réalisés.



Je profite de mon arrivée pour immortaliser le décor avant de reprendre la route.
Un beau souvenir pour plein de choses même si la condition n'était pas au rendez-vous.

Je vais essayer de remettre ça, ailleurs, encore une fois cette année, la semaine prochaine surement en rance du côté de Pleudihen avant de ranger la combi.



Merci pour vos encouragements, mises en garde et conseils via facebook ou messenger, ça m'a permis de garder le cap en restant "sereinement prudent".

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

PS : Mugiro protection de cou + graisse à traire... le couple gagnant contre les brûlures, pourvu qu'ça dure, merci Perrine et Cyril.

 




» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35