02/07/2017

Une heure de vol... au dessus d'un nid de silence !

posté à 19h40 dans "Saison 2017"

Hello,
voilà quelques jours, j'ai partagé un message via la page facebook du Groupe Nissan Espace 3, pour promouvoir les portes ouvertes du WE du 16 au 18 jin dernier.

A gagner, un baptême de l'air en Montgolfière et/ou quelques tours de pistes sur le circuit "asphalte" de Lohéac, à bord de la Nissan 350 Z. (en tant que passager)

Qui ne tente rien, n'a rien, alors pour une fois que je tente... je gagne, et qui plus est, "le gros lot", à savoir l'envol et l'asphalte ! Yesssss

Un grand merci à Nissan Espace 3 !

Je me suis donc rendu ce matin, à 6H, sur l'aire d'envol de Lohéac pour profiter de cette très belle expérience.
En compagnie de quatre personnes et du pilote, après quelques coups de mains pour mettre en place la machine aérostatique, nous nous somme envolés vers le silence !



Même si le soleil était encore caché, et le "plafond" bas le plaisir fut immense. Un rythme apaisant, une impression d'être assis dans l'air en observants les chevreuils, les lièvres ou encore les vaches et chevaux, sans oublier les grues, pour une fois "sous nos pieds".

Une balade de plus d'une heure entre Lohéac et la campagne de Pléchatel...

Mais un court schéma valant mieux qu'un long discours, voici une petit "résumé" en vidéo de mon escapade aérienne. :



Pour terminer cette matinée, j'ai fait quelques pas vers la piste bitumée pour y retrouver "mon pilote". Après quelques discussions d'usage, direction le siège baquet et en route vers la piste après avoir chaussé le casque de protec.



Une expérience sympathique même si déjà vécue au volant d'une Clio RS dans le cadre du boulot, à Abbeville. Ça change un peu de "se faire conduire" et de profiter d'une piste différente dans un véhicule lui aussi autre.

Merci encore au Groupe Nissan Espace 3 pour cette matinée pleine de souvenirs et de plaisir, au profit le l'Association pour la Recherche conte la Maladie de Charcot.



@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


25/06/2017

Le + grand 10 km de toute la France était à Pacé... mais pas le plus rapide !

posté à 17h25 dans "Saison 2017"

Hello,
malgré les contre-indications d'Erwan, mon cher ami Kiné qui m'a débloqué le dos hier, j'ai quand même décidé de prendre le départ de ma 9ème course cette année.

Le niveau actuel est plutôt "déplorable" mais bon au moins ça me fait un objectif avant l'été et ça permet de concrétiser des sorties, entraînantes ou pas, tout en retrouvant des ami(es).

Dès le début de l'échauffement le ton a été donné, rouillé comme un coucou des années 50 au niveau de mes tendons achilliens, il m'aura fallu plus de 10' pour commencer à me sentir mieux, attention, je n'ai pas dit "bien". Quelques papotages plus tard, direction la ligne de départ.
Pour une fois je suis resté "modeste" en ne me mettant pas, comme à mon habitude, en première ligne. J'aurais pu, ce n'était pas interdit mais bon, il faut désormais rester réaliste.

A 10H, le départ a été donné comme dans les 9 autres villes de France de cette opération "les 10 km de l'hexagone", à savoir : Beaumont les Valnaces (26), Cabourg (14), Fay aux Loges (45), Le Plessis Belleville (60), Paladru (38), Paris (75), Pointe à Pitre (97), Pusey (70), St-Louis de Montferrand (33) et Wasquehal (59).

Bien qu'étant au 5ème ou 6ème rang, difficile de partir correctement au coup de pistolet, sans piétiner sur place (il m'aura fallu 3" pour franchir la ligne de départ).
Après une centaine de mètres je réussi à caler mon allure pour tenter de rester régulier. Mais la pente légèrement descendante est entrainante, ce qui m'aide bien même si je ne cesse de me faire "bouffer" par une horde de runneurs(euses).

Le souffle ? Les jambes ?
Je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond mais il y a quelque chose, tant pis on verra plus tard.



4'09 pour le 1er kil et 4'23 pour le second au moment de franchir la ligne de départ qui clos cette petite boucle de départ. Et dire qu'en 2010 je tournais à 3'45 au kilo... pffff

Le 3ème kil qui suit est en portion descendante mais malgré cela, le chrono ne me donne que 3'36.
Là dans la tête je commence déjà à gamberger en me disant : 4'30 x 10 ça me fait un 10k en 45', mais sachant qu'à partir du 6ème ça monte, je vais encore tutoyer le 46' voire le 47'. C'est dur, très dur à encaisser.
On a beau me répéter : "tu n'as plus le même âge", "tu vieillis", "ça c'était y'a 7 ans", etc... je ne peux pas m'y faire, surtout quand un gars comme Robert G. (ami et ancien collègue né en 54) me double (il finira en 41'45 3ème "seulement" de sa caté V3). L'âge ne fait pas tout, arrêtez avec ça, merci !
Bref...



Les 3 et 4èmes kil sont bouclés en 4'36, malgré le faux-plat descendant qui nous amène au 5ème, passé en 4'33, soit 22'25 après le départ.
La gorge est très sèche alors je profite du ravito pour saisir une bouteille d'eau que me tend gentiment une bénévole, pour ingurgiter quelques centilitres en essayant de maintenir la cadence. Pas évident je le conçois mais bon, j'ai déjà assez perdu de temps comme ça et puis ce n'est pas un marathon, pas le temps de s'arrêter.

A partir de là, la course se durcit, le dénivelé s'accentue positivement même si sur les 10k il n'est que de 46m (données garmin). Le soleil qui est venu s'associer à la fête n'aide en rien. Je m'aide de mes bras pour tenter de garder une allure régulière mais j'ai l'impression de traîner une remorque. Aucune sensation d'aisance ou de facilité.
Bien qu'ayant mes nouvelles Asics Noosa Tri 11 au pieds, je reste scotché au bitume.



4'46 puis 4'45 pour les 6 et 7 kils avant de passer le 8ème en 4'50.

Le D+ se "négativise" un peu alors j'en profite pour allonger un peu la foulée en me penchant un peut vers l'avant.
Il faut que je termine en moins de 46', ce sera l'objectif du jour.

4'29 pour le 9ème. Ma tête calcule et se dit qu'il faut boucler le dernier kil en moins de 4'37 pour tenter de réussir cet "objectif" si peu prétentieux soit-il.
Je remets un coup de collier et dans la dernière portion de 500m, légèrement montante je donne ce qui reste. La gorge est sèche, les lèvres gercées et le souffle aléatoire mais je m'accroche.



45'43... voilà c'est fait. Difficilement mais c'est fait. Dur d'accepter que mes belles années sont loin mais j'espère toujours que je reviendrai un peu d'ici quelques temps... l'espoir fait vivre, c'est déjà ça. pour l'anecdote je me classe 287ème sur 800.
Jaouad de Vezin est loin devant avec 41'59 et Michel (V4 né en 46) "juste" derrière après 1H04'31. Steff me talonne à à peine 1'.
Bravo à toutes et tous, merci à l'orga et à ses bénévoles, ainsi qu'à Franck pour ses photos.

Tous les résultats sont ICI sur le site de Breizh Chrono.

Maintenant... pas grand chose au programme.
Je pense laisser passer l'été sans dossard avant, peut-être, de prendre le départ du semi de St-Malo > Cancale début septembre et le Marathon des Ecluses en fin de mois.
Mais ça... ce s'ra en fonction de beaucoup de choses, paramètres, éléments, etc...

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


09/06/2017

13 kils en mode "trail"... pour le Team Breiz Kalenji.

posté à 02h49 dans "Saison 2017"

Hello,
samedi dernier, après m'être couché à 7H (boulot oblige), debout 11H pour prendre la direction du lac de Guerlédan (1H15 de route) pour participer au trail de 13 bornes avec 425m de D+.

Invité très gentiment par le Team KRCB (un grand merci Nico), j'étais à 13H sur site, ensoleillé comme d'habitude en Bretagne, au milieu des divers stand dont celui animé par le grand François D'Haene qui proposait "son" vin, le Domaine du Grand Germain.

Dossard récupéré, un p'tit échauffement avec les gars et filles du team des différends magasins Décath de la région comme Brest, Nantes, Chantepie, etc... et la découverte de cette p't1 de bosse du départ d'1.5 kils... ça promet :).

Bref...



Après la présentation des équipes, l'étrangère et la bretonne qui s'élancent sur le 26, je me positionne sur la ligne pour ne "rien rater du départ", toujours fidèle à mes habitudes.



Equipé d'une paire de XT6, d'un baggy compression Kalenji et d'un TS kalenji c'est parti pour.... 1.5 kilomètres de montée après rapide mais lui, plat. Dès les premiers hectos de pente je sens que le cardio est à 300 à l'heure et les cuisses commencent à brûler. Petit à petit j'essaie de trouver une allure correcte mais je "crache" mes poumons.
Un à un les gars et filles du team Dékat me doublent plus ou moins facilement.

A quelques centaines de mètres du haut de la bosse, le bitume a laissé place à de la terre et de l'herbe. Certains marchent et je fais de même en m'aidant de mes bras pour ne rien lâcher.
Dès le replat c'est parti je relance la machine et j'adopte une allure régulière, je profite des descentes techniques et accidentées pour m'amuser un peu et tenter de retrouver un peu de plaisir dans cette discipline nature.

Pas le temps de penser à grand chose d'autre que Stev, myCoach vezinois me rattrape (il est de la partie le lendemain sur le 56, dans le cadre de sa prépa pour le monstre de la Ronda del Cime). On papote 2 minutes et je le laisse continuer son trip, un gros cran au-dessus du mien.



J'ai toujours en vue la "jeunette" du Team Breiz Kalenji, Fanny de Landerneau, mais petit à petit ce tee-shirt orange fluo comme le mien s'éloigne et finit par disparaître entre les arbres.
Une nouvelle bosse, suivi d'une nouvelle descente technique. Certains passages sont vraiment difficiles en raison des pierres et des racines mais c'est là aussi le plaisir de courir les grands espaces naturels.

On longe "enfin" l'étang avant de remonter et là, ça pique. Une p't1 d'bosse qui crame bien les quadris mais dans laquelle je reste précis sur mes appuis avant de marcher activement en m'aidant des bras. En point de mire en haut, Fanny et sa concurrent du jour, Isabelle, V1 de Rostrenen. Chaque montée me fait re-gagner du temps sur ces deux compétitrices mais aussi sur les rares hommes qui à cet endroit sont encore dans le sillage. Je reprends un peu d'allure et j'attaque la descente technique, très technique mais avec ce soucis d'être en monotrace... impossible de dépasser qui que ce soit.

Je profite malgré tout de quelques portions "élargies" pour passer quelques unités et je reprends la trace à quelques mètres du maillot orange de décath qui malgré tout assure dans cette dernière descente qui nous mène à l'arrivée. Un spectateur leur indique les 9 et 10èmes places. J'encourage, une fois en bas sur le bitume, Fanny et la motive à accélérer pour gagner cette 9ème place.
Les deux filles augmentent l'allure, encore et encore, je ne tiens pas et je lâche la poursuite. Les deux femmes passent la ligne après 1H25'09. Bravo à Fanny du Team qui s’octroie donc la 10ème place laissant sa compagne de course la devancer mais remporte quand même la 1ère position espoir.

1H25'14, ce sera mon chrono, m'offrant la 142ème place sur 549 finishers, soit dans les 25%, ça va, j'ai connu sans doute pire.

Franck du team termine à la 4ème place, chapeau mec, en à peine une heure. Nico du KRCB pointe à la 60ème, 11 minutes devant moi, bravo man !
Coach'Steve se fait remarquer avec un superbe 1H15'37 (le lendemain sur le 58, il se placera 212ème su 756 après 7H18 de trip), respects !

Voilà le résumé de la balade, version allure/dénivelé/racé by strava.



Le marathon a laissé des traces, des courbatures aussi alors je ne vais pas concrétiser mon souhait de m'aligner sur le half'triathlon de sizun à la fin du mois, je vais laisser reposer la bête quelques temps. Maintenant l'objectif va être d'alléger un peu les "bouées" pour retrouver un peu de cardio et de vitesse. Je vais essayer de prendre, en septembre, le départ du marathon des écluses en Mayenne pour renouer avec le sub 4, alors d'ici là, ce n's'ra pas "silence radio" mais... presque. Il va me falloir retrouver un entrainement régulier et rigoureux mais aussi cette envie de courir et de refaire des temps "dignes" de mes espérances.
@ suivre et on verra...

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


27/05/2017

Copenhague, c'était mon 19ème marathon...

posté à 13h03 dans "Saison 2017"

Hello,
après Dublin en 2015, Mallorca dernier mon marathon "annuel" hors des frontières françaises, s'est déroulé cette année à Copenhague, au Danemark.

Arrivé la veille dans la capitale danoise, j'ai galéré un peu pour récupérer mon dossard, à "seulement" 4 bornes du lieu de départ de l'épreuve. Bref, cela fait partie des aléas du direct et permet de se mettre dans le bain de la langue scandinave, heureusement sauvée par les restes de mon anglais scolaire !

Pour un départ à 9H30, j'avais choisi de me lever tôt, c'est à dire vers 6H00, mais... l'énervement ou le stress ont préféré m'attribuer une nuit courte et pas récupératrice, puisqu'entre-coupée de phases bien éveillées.
Un p'tit déj sur le pouce dans la chambre d'hôtel et "hop", direction l'aire de départ, à environ 2kms, histoire de s'échauffer un peu avant de prendre place dans le sas de départ, en compagnie d'autres athlètes, notamment quelques tricolores.
N'ayant pas de dossard "élite", je réussis à me glisser au plus près de la start-line pour qu'à 9H30 pétantes je franchisse la ligne à seulement 2 secondes des stars.

L'ambiance est excellente, la foule des grands jours est réunie tout au long du parcours pour applaudir près de 9000 participants, dont une dizaine d'handisports, partis quelques mètres devant. J'essaie de me freiner car l'allure est un peu élevée même si, il y a encore quelques années je prenais un départ bien plus rapide.
Je me sens plutôt bien même si mon tendon gauche me lance un peu à chaque rebond. J'ai beau essayer de l'occulter, il revient sans cesse à la charge.

Les kilomètres passent et toujours sous les claps des spectateurs très nombreux dans cette ville du vélo, je maintiens une bonne allure entre 4'45 et 4'55 au kil.
5, 6, 7... j'ai à peu près 2 minutes d'avance sur mes prévisions alors je tente de freiner mais ce n'est pas évident vu l'ambiance et la beauté du décor. La musique est sans cesse présente, des pom-poms girls, des gymnastes, des danseuses de carnaval, des DJ's ou encore des groupes de rock sont répandus sur le circuit pour notre plus grand plaisir.




En moins de 49 minutes je boucle le 1er 10 kils, plutôt bien même si je sais que le plus dur reste à venir. La température commence à augmenter sous le soleil qui brille de mille feux.

11, 12, 13, à part la douleur tendineuse qui refuse de me lâcher, tous les voyants semblent au vert.

15, 16, 17... ça se complique dans une portion un peu plus "calme" et excentrée du centre. Le public est moins dense et la montée vers le pont m'a fait mal aux canes. Ma réserve d'Hydrenergy 4 est chaude, la gorge s'assèche très vite et les canes commencent à flancher.
Le chrono passe progressivement au-dessus des 5'00 au kil puis 5'15.
Je m'accroche malgré tout pour tenter de rester dans la course.

18, 19, 21 et je passe le semi en 1H46 ce qui, pour le niveau actuel reste un peu trop élevé mais bon on ne sait jamais, on peut être dans un bon jour !

Mais si le s'mi veut dire la moitié de fait, il veut dire aussi qu'il en reste autant.
L'allure ne cesse de régresser depuis 4 bornes et là, la tête commence à gamberger, ce qui ne présage rien de bon. Ma "petite" expérience dans le domaine des épreuves de sport longue distance me le rappelle trop bien. Les "si" commencent à fuser : si je cours à cette vitesse là je vais mettre 3H35, voire 40, mais vu que je commence à tirer sur la corde je vais encore ralentir donc mettre plutôt 3H45, ou même 3H50. Je n'ai pas le choix de maintenir cette allure mais entre le "papier" et la réalité c'est la dernière évoquée qui l'emporte !

Le garmin s'attarde vers 5'30 puis 5'45 au kil et là le mental n'a plus la main.

Près de 27 kils de mangés et là, c'est le "drame"... on repart sur la boucle du départ et quand on sait ce qui nous attend ça entame encore le moral sous ce soleil qui tapde bien désormais. A chaque ravito je m'arrête pour me saisir de gobelets d'eau de de "HIGH5" et les avaler en marchant vite. L'allure est complètement aléatoire ; la discussion avec ce coureur portugais me fait reprendre un peu de pêche entre 5'05 et 5'15 mais après 800 mètres je le laisse s'envoler pour retomber aux alentours de 6'00 voir 6'15.
Je compte, je calcule mais le résultat est sans appel, 3H55 c'est foutu à cette allure, 4H00 ce sera dur.
Psychologiquement je me rends compte que je vais encore mettre plus de 4 heures et même si je refuse de l'accepter je n'ai plus assez de niaque pour m'y opposer.



32, 33... 36, 37...
Je me dis qu'il faudrait au moins ne pas dépasser les 4H10 mais pourrai-je le faire ? Pas sur.
La ville a beau être belle, les spectateurs enthousiastes même si moins nombreux désormais, je puise dans l'envie de finir pour essayer de conserver mon allure, tristement tragique, allant parfois au-dessus des 7' au kil.
Je flanche l'espace de quelques centaines de mètres en marchant avant de reprendre la course pour tenter d'honorer ce dossard qui m'a été offert.

39,40, le ballon des 4H00 me double et un gros doute s'installe puisque mon chrono est à 3h55. Soit le gars s'est planté dans son allure, soit mon garmin a buggué, parce que faire 2 kilomètres en 5' pour franchir la ligne dans les délais c'est comme qui dirait IMPOSSIBLE !
J'en parle au meneur d'allure en anglais mais à part me taper dans le dos pour m'encourager, il reste muet sur sa réponse. On va dire qu'il ne comprenait que le danois, lol.

Je m'accroche au groupe environ cinq cent mètres avant de décrocher pour reprendre mon allure ralentie.

41ème, on est sur le pont du départ avec en vue sur la droite la finish-line.
Je saisis un drapeau rouge et blanc, bel emblème du pays tendu par une spectatrice et décide de finir comme j'ai commencé, à une allure soutenue.
Tant pis pour les jambes et les tendons, après ils auront le temps de se reposer.

Je profite de la descente du pont pour accélérer encore en allongeant la foulée. Je commence à doubler quelques athlètes, supporter par les applaudissements d'une public redevenu dense et motivé. Je grappille encore une place, puis 2, 10, et au moins une vingtaine avant d'inciter le public à donner de la voix.
Mon allure est passée de 7'00 au kil à 3'55 au moment de franchir la ligne, comme quoi le corps fait bien ce qu'on lui demande, par moments !



4H08'21, ce sera le temps officiel qui me sera attribué pour mon 19ème marathon.
Je suis ravi d'avoir pu faire et boucler cette course mais avec ce goût amer de n'avoir pas pu mettre le temps escompté.



Contrairement à nos politiques et autres décideurs de vie professionnelle, je vais devoir répondre efficacement aux questions qui se posent quant à ces "échecs sportifs" qui depuis près de 3 ans me ruinent la motivation et le plaisir. Les solutions vont être faciles à trouver et à mettre en place. Il me faudra juste l'envie de les appliquer !

J'ai profité de l'après-midi et du lendemain pour marcher un peu et tourner les gambettes à vélo pour profiter plus pleinement de la ville et de ses monuments. Une ville axée du le vélo qui devrait inspirer nos soit-disant politico-écolos.
Une ville calme et paisible, arborée et pleine de verdure qui permet de relativiser aussi et de changer d'air, sans pouvoir résister à l'appel de la p'tite sirène.





J'ai passé un très bon séjour loin des tracas quotidiens et de la "routine" professionnelle qui se dégrade de plus en plus.
A refaire l'an prochaine, mais dans quel pays ? Mystère...

Merci pour votre soutien et vos encouragements, certes moins nombreux aussi au fil des années ; mais bon, les objectifs sont surement moins intéressants ou vous motivent moins puisque je suis aussi moins "motivant", j'ai moins d'envie et de joie de vous faire vivre ce qui était voilà encore quelques mois, ma passion. Aujourd'hui elle s'efface mais j'en suis pour beaucoup, je le sais. On a malheureusement que ce qu'on mérite, rarement mieux !!!

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 


16/05/2017

Décollage imminent pour DK'land !

posté à 23h21 dans "Saison 2017"

Hello,
on est de plus en plus proche du 21 mai, date qui cette année sera celle de mon marathon "annuel" hors des frontières françaises, enfin tout au moins de l'hexagone.

Après Dublin en 2015, Mallorque en 2016, direction le Danemark cette fois-ci, plus précisément Copenhague pour mon 3ème marathon "étranger", mais plus précisément mon 19ème marathon "sec" ou réellement mon 22 marathon officiel en comptant ceux de mes 3 triathlons Ironmans.

Avec un ouigo à 10 € l'aller, autant pour le retour et un Roissy > Copenhague A-R à 61 €, difficile de résister à l'appel de la "sirène" danoise. Le dossard n'étant "qu'à" 80 €, il faut avouer que courir un marathon en France ou à l'étranger ne revient pas à plus cher. Alors pourquoi ne pas profiter des décors scandinaves pour trottiner quelques "bornettes", hein ?



A 9H30 dimanche je prendrai donc le départ de cet énième marathon, sous une bannière rouge ornée de sa croix blanche, au milieu de près de 12000 fondus qui, comme moi, n'auront qu'un objectif, franchir la finish-line ; certes plus ou moins vite pour les uns(es) que les autres mais en prenant je l'espère un max de plaisir.



Toutes les infos sur la course sont ICI

Bien sûr, tout le monde me demande : "tu comptes mettre combien de temps ?".
J'aimerais dire 2H59, mais je pense que ce temps est comme qui dirait... un peu à proscrire. ha ha ha...
Non sincèrement, vu la forme et les "chronos" actuels je dirais que mettre 3H45, voire 50 ce serait le top, mais honnêtement moins de 4H ce sera déjà bien, hormis le fait de le finir qui reste une condition primordiale, la première des conditions d'ailleurs.



Le dénivelé sera deux fois et demi moins élevé qu'à Mallorca et la température aussi deux fois moins élevée, ceci permet donc d'espérer remplir mes objectifs mais bon, sur un marathon rien n'est moins sûr.



On verra bien, je serai fixé sur mon "sort" dimanche midi vers 13H15/30, "i hope".
D'ici là, repos des tendons, donc pas de course à pieds, seulement un peu de bike ou de renfort musculaire au Fitness Park. Les tendons d'Achille, surtout le gauche, sont très douloureux depuis la marche nordique de Montfort. Les soins kiné'ostéo'électriks sont bénéfiques mais trop temporaires, pour être réellement "guérisseurs" il me faudrait ne RIEN faire, mais là, c'n'est pas possible. Alors demain étant un autre jour, on remettra à plus tard cette discussion !

@llez, la suite au prochain épisode ! Bye...

 




» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35